}); });
 

Fleurs d'Un Seul Jardin

Il est temps de célébrer l'unité de toutes les races


«Vous êtes les fruits d'un seul arbre, les feuilles d'une seule branche, les fleurs d'un seul jardin.» – Bahá'u'lláh. C'est l'une des paroles les plus caractéristiques de Baha'u'llah, et une autre est semblable: « La gloire n’est pas pour celui qui aime son pays mais pour celui qui aime le monde entier. »

Différentes nationalités, origines culturelles, croyances et traditions sur la même planète. Pourquoi est-il impératif de se comprendre et pourquoi est-il nécessaire de s'unir? Eh bien, je crois que l'humanité a atteint un état où son unité est cruciale pour sa survie. Tous les pays du monde sont de plus en plus interconnectés. La catastrophe financière, environnementale, sociale et humanitaire de l'un affecte l'autre. Nos technologies de pointe nous ont rapprochés et doivent être utilisées à cette fin et non à leur destruction. Comme nous pouvons le voir, si une race se sent supérieure à l'autre, cela entraînera l'injustice, la haine et la désunion.

Les politiciens, les scientifiques et les économistes n'ont pas mis l'accent sur l'unité et la coopération. Nous devons explorer le concept d'unité dans la diversité comme expression de l'unité sans uniformité et de la diversité sans fragmentation.

«Malgré l'immense diversité de la création, nous acceptons tous qu'il existe dans la nature une unité sous-jacente profonde. La recherche de cette unité fournit la motivation pour la vie de nombreux différents hommes - certains qui, comme Einstein, la recherchent dans la loi naturelle et autres qui, comme Teilhard de Chardin, traceraient l'évolution cosmique jusqu'à une origine divine.» René Dubos

L’utilisation de l’expression unité dans la diversité et des concepts similaires n’est pas un phénomène nouveau. Ses racines remontent à des centaines d'années dans les cultures non occidentales telles que les peuples autochtones en Amérique du Nord et les sociétés taoïstes en 400-500 avant JC. Dans la culture occidentale pré-moderne, il a été implicite dans les conceptions organiques de l'univers qui se sont manifestées depuis le grec ancien et les civilisations romaines à travers l'Europe médiévale et à l'époque romantique. À l'époque contemporaine, l'expression a été utilisée dans une variété de domaines.

L'utilisation la plus profonde du concept d'unité dans la diversité s'est développée au cours des 175 dernières années en tant qu'élément intégral d'une compréhension écologique du monde. Ce concept apparaît sous une forme bien articulée à un seul autre endroit: les Écrits bahá'ís. Il est intéressant de noter que les origines de la foi bahá'íe coïncident presque à la même année que les racines de l'écologie, bien qu'aucun des membres originaux de l'un ou l'autre "mouvement" n'ait eu de lien les uns avec les autres.


Une articulation saine et constructive du concept d'unité est nécessaire

Le concept doit intégrer un ensemble de principes universellement applicables à tous les êtres humains simplement parce qu'ils sont humains, en même temps qu'il protège la diversité des caractéristiques qui maintient le dynamisme de l'espèce humaine.

«L'unité--l'unité de l'humanité et l'unité en Dieu de tous les êtres créés--est le thème principal de son enseignement. Ici encore, l'harmonie entre la vraie religion et la science est évidente. À chaque découverte de la science, l'unité de l'univers et l'interdépendance des parties qui le composent deviennent de plus en plus évidentes. Le domaine de l'astronome est inséparable de celui du physicien, celui du physicien de celui du chimiste, celui du chimiste de celui du biologiste, celui du biologiste de celui du psychologue et ainsi de suite.

Chaque nouvelle découverte, dans un domaine particulier de la recherche, jette une lumière nouvelle sur d'autres domaines. Tout comme la physique a montré que chaque particule de matière dans l'univers attire et influence chaque autre particule, si petite et si éloignée soit-elle, ainsi, la science psychique découvre que, dans l'univers, chaque âme affecte et influence toutes les autres âmes. Le prince Kropotkine, dans un ouvrage intitulé L'Entraide, expose très clairement que, même parmi les animaux inférieurs, l'entraide est absolument nécessaire à la continuation de la vie et que, quant à l'homme, le progrès de la civilisation dépend de la substitution croissante de l'aide mutuelle à l'inimitié mutuelle. Chacun pour tous et tous pour chacun est le seul principe grâce auquel une société peut prospérer.» Baha'u'llah et l'Ere Nouvelle. J.E. Esslemont

Photos ci-dessous de Keukenhof, Amsterdam également connu sous le nom de Jardin de l'Europe, avec l'aimable autorisation de Maxine Somers