}); });

Broken Beauty

Français


The images I'm sharing with you have something in common. They're beautiful, but that’s not all!




They're all under the title “Broken Beauty”


This reasoning is obvious for the Kintsugi Bowl. It is about creating something beautiful out of a broken thing.


The Legend of Kintsugi


A Japanese legend tells the story of a mighty shogun warrior who broke his favorite tea bowl and sent it away for repairs. When he received it back, the bowl was held together by unsightly metal staples. Although he could still use it, the shogun was disappointed. Still hoping to restore his beloved bowl to its former beauty, he asked a craftsman to find a more elegant solution. 


The craftsman wanted to try a new technique, something that would add to the beauty of the bowl as well as repair it. So, he mended every crack in the bowl with a lacquer resin mixed with gold. When the tea bowl was returned to the shogun, there were streaks of gold running through it, telling its story, and—the warrior thought—adding to its value and beauty. This method of repair became known as kintsugi. 


Kintsugi, which roughly translates to “golden joinery,” is the Japanese philosophy that the value of an object is not in its beauty, but in its imperfections, and that these imperfections are something to celebrate, not hide.

Want to beautify your broken china this way? Just mix epoxy and golden mica powder and apply!


As Ernest Hemingway expresses it so well:

“The world breaks everyone and afterward many are strong at the broken places.”


Or as Leonard Cohen says it so beautifully: "There is a crack in everything. That's how the light gets in."


The same way, the incredible peonies need a cool period in winter, for dormancy, ensuring their buds will open to grow stems and flowers in spring. 


I would like to put that in parallel with all of us in this earthly life.


Sufferings and hardships are an unavoidable part of physical life and can be assets for personal and communal spiritual growth and lead to a happier existence.


All this brings to my mind the Writings of Abdu'l-Baha:


"The more the ground is ploughed the better the seed will grow"


"The mind and spirit of man advance when he is tried by suffering. The more the ground is ploughed the better the seed will grow, the better the harvest will be. Just as the plough furrows the earth deeply, purifying it of weeds and thistles, so suffering and tribulation free man from the petty affairs of this worldly life until he arrives at a state of complete detachment. His attitude in this world will be that of divine happiness. Man is, so to speak, unripe: the heat of the fire of suffering will mature him. Look back to the times past and you will find that the greatest men have suffered most." 


"Through suffering he will attain to an eternal happiness which nothing can take from him. The apostles of Christ suffered: they attained eternal happiness." 


"To attain eternal happiness one must suffer. He who has reached the state of self-sacrifice has true joy. Temporal joy will vanish." 


(Paris Talks: Abdu'l-Bahá in 1911-1912, London Bahá'í Publishing Trust, 1979. pp.178-179)


Understanding the wisdom of pain


To me it is not about welcoming or provoking suffering and pain to feel happy but it’s rather about understanding the wisdom of pain and sufferings, that we all go through at different degrees in this world, and the role they play in our spiritual growth. 


“Suffering, although an inescapable reality, can nevertheless be utilized as a means for the attainment of happiness.” (Shoghi Effendi-Compilations, Lights of Guidance, p. 280)


“Failure, tests and trials, if we use them correctly, can become the means of purifying our spirit, strengthening our characters, and enable us to rise to greater heights of service.” (Shoghi Effendi, December 14, 1941, Living the Life)


“Seek ye divine happiness through the hardships and sorrows of this physical world, and behold spiritual well-being in the struggles of this fleeting existence. Distil sugar and honey from the bitter poison of suffering. Recognize the caress of divine favour in the arrows of misfortune.” (Abdu’l-Bahá, Bahá’í Scriptures, p. 439)


Being of service to others


Pursuing physical happiness as the main object of our lives can eventually only bring about frustrations and disappointments. By pursuing spiritual happiness instead, and focusing our efforts on service to others and acquiring spiritual qualities, we will be showered by countless blessings in our lives.


Also, sufferings help us have more empathy in our lives and therewith understand our fellow men better and be of better service to humanity.


“And the honor and distinction of the individual consist in this, that he among all the world’s multitudes should become a source of social good. Is any larger bounty conceivable than this, that an individual, looking within himself, should find that by the confirming grace of God he has become the cause of peace and well-being, of happiness and advantage to his fellow men? No, by the one true God, there is no greater bliss, no more complete delight.” (Abdu'l Baha. The Secret of Divine Civilization).


Understanding the purpose of life


Sufferings like every other aspect of life should be understood in the context of the ‘purpose of life’. If there were no Creator, if humans were simply chance products of a thermodynamic system, as many in the world today assert, there would be no purpose in life. Each individual human being would represent the temporary material existence of a conscious animal trying to move through his or her brief life with as much pleasure and as little pain and suffering as possible.

Therefore only in relation to the Creator, and the purpose which the Creator has fixed for His creatures, that human existence has any meaning.


Baha’u’llah, the Messenger of God for today, testifieth to this reality:


“Know thou that all men have been created in the nature made by God, the Guardian, the Self-Subsisting. Unto each one hath been prescribed a pre-ordained measure, as decreed in God's mighty and guarded Tablets. All that which ye potentially possess can, however, be manifested only as a result of your own volition. Your own acts testify to this truth.” (Baha'u'llah, Gleanings from the Writings of Baha'u'llah, p. 149)


So I believe that we should draw on the power of spiritual forces in times of difficulties, as God’s Messengers invite us to:


"Armed with the power of Thy name nothing can ever hurt me, and with Thy love in my heart all the world's afflictions can in no wise alarm me." Baha’u’llah


“Be thou strong and firm. Be thou resolute and steadfast. When a tree is firmly rooted it will bear fruit. The trials of God are many, but if man remains firm and steadfast, the test itself is a stepping stone for the progress of humanity”. (Abdu’l-Baha, Star of the West, vol.10, no.19, p.3)









La Beauté Brisée


Les images que je partage ici avec vous, ont quelque chose en commun. Elles sont belles, certes, mais ce n'est pas tout!




Elles sont toutes intitulées "La Beauté Brisée"


Cette réalité est évidente dans le bol Kintsugi, Il s'agit de créer quelque chose de beau à partir de quelque chose de brisé.


La légende de Kintsugi


Une légende japonaise raconte l'histoire d'un puissant guerrier shogun qui a cassé son bol de thé préféré et l'a envoyé pour le faire réparer. Lorsqu'il l'a reçu, le bol était maintenu par des agrafes métalliques disgracieuses. Bien qu'il puisse encore l'utiliser, le shogun était déçu. Espérant toujours redonner à son bol bien-aimé sa beauté d'antan, il a demandé à un artisan de trouver une solution plus élégante.

L'artisan voulait essayer une nouvelle technique, quelque chose qui ajouterait à la beauté du bol et le réparerait. Ainsi, il a réparé chaque fissure dans le bol avec une résine de laque mélangée à de l'or. Lorsque le bol de thé a été rendu au shogun, il y avait des traînées d'or qui le traversaient, racontant son histoire, et le guerrier pensa ainsi que cela ajoutait de la valeur et de la beauté. Cette méthode de réparation est devenue connue sous le nom de kintsugi.


Kintsugi, qui se traduit simplement par «menuiserie dorée», est la philosophie japonaise selon laquelle la valeur d'un objet n'est pas dans sa beauté, mais dans ses imperfections, et que ces imperfections sont quelque chose à célébrer, pas à cacher.

Si vous désirez embellir ainsi un bol cassé, mélanger du époxy avec de la poudre Mica dorée et appliquer!


Comme l'exprime si bien Ernest Hemingway :

«Le monde brise tout le monde et après, beaucoup sont forts aux endroits brisés.»

Ou comme le dit si bien Leonard Cohen : «Il y a une fissure dans tout. C'est ainsi qu’entre  la lumière.»


De la même manière, les incroyables pivoines ont besoin d'une période fraîche en hiver, pour la dormance, s'assurant que leurs bourgeons s'ouvrent pour faire pousser des tiges et des fleurs au printemps.


Je voudrais mettre cela en parallèle avec nous tous durant cette vie terrestre.


Les souffrances et les épreuves sont une partie inévitable de la vie physique et peuvent être des atouts pour la croissance spirituelle personnelle et communautaire et conduire à une existence plus heureuse.


Tout cela me rappelle les Écrits d’Abdu’l-Bahá dans les "Causeries d'Abdu'l-Bahá à Paris":


«Plus le sol est labouré, mieux croîtra la graine»


«Plus le sol est labouré, mieux croîtra la graine. La pensée et l'esprit de l'humain progressent lorsqu'ils sont éprouvés par la souffrance. Plus le sol est labouré, mieux croîtra la graine et meilleure sera la récolte. De même que le labourage ravine profondément la terre, la purifiant des mauvaises herbes et des chardons, ainsi la souffrance et les tribulations libèrent-elles l'humain des insignifiantes affaires de cette vie terrestre, jusqu'à ce qu'il arrive à un stade de complet détachement.

Son attitude en ce monde sera celle du bonheur divin. L'humain est, pour ainsi dire, immature: la chaleur du feu des souffrances le fera mûrir. Repensez aux temps passés et vous découvrirez que les plus grands humains ont souffert davantage.

Par la souffrance il atteindra un bonheur éternel que rien ne peut lui dérober. Les apôtres du Christ ont souffert: ils ont atteint le bonheur éternel. Celui qui veut atteindre le bonheur éternel doit souffrir. Celui qui a atteint le stade du sacrifice de soi possède la vraie joie. La joie temporelle s'évanouira.»


Comprendre la sagesse de la douleur


Pour moi, il ne s’agit pas d’accueillir ou de provoquer la souffrance et la douleur pour se sentir heureux, mais plutôt de comprendre la sagesse de la douleur et des souffrances, que nous traversons tous à des degrés divers dans ce monde, et le rôle qu’elles jouent dans notre croissance spirituelle.

«La souffrance, bien qu'incontournable, peut néanmoins être utilisée comme un moyen d'atteindre le bonheur.»

Shoghi Effendi dans «Lights of Guidance»


«L’échec et les épreuves, si nous les utilisons correctement, peuvent devenir le moyen de purifier notre esprit, de renforcer nos caractères et de nous permettre de nous élever à de plus hauts niveaux de service.»

Shoghi Effendi cité dans «Vivre la Vie»


«Cherchez le bonheur divin à travers les épreuves et les peines de ce monde physique, et voyez le bien-être spirituel dans les luttes de cette existence éphémère. Distillez le sucre et le miel du poison amer de la souffrance. Reconnaissez la caresse de la faveur divine dans les flèches du malheur.»

Abdu’l-Bahá, dans la  Sélection des écrits baha’is


Être au service des autres


Poursuivre le bonheur physique en tant qu'objet principal de notre vie ne peut finalement que provoquer des frustrations et des déceptions.

En recherchant plutôt le bonheur spirituel et en concentrant nos efforts sur le service aux autres et l'acquisition de qualités spirituelles, nous serons comblés d'innombrables bénédictions dans nos vies.


En outre, les souffrances nous aident à avoir plus d'empathie dans nos vies et ainsi à mieux comprendre nos semblables et à être d'un meilleur service à l’humanité.


«Et l’honneur et la distinction de l’individu consistent en ceci que lui, parmi toutes les multitudes du monde, devienne une source de bien social. Une plus grande générosité est-elle concevable que celle-ci, qu'un individu, regardant en lui-même, découvre que, par la grâce confirmante de Dieu, il est devenu la cause de la paix et du bien-être, du bonheur et des avantages pour ses semblables? Non, par le seul vrai Dieu, il n'y a pas de plus grande félicité, plus de plaisir complet.»

Abdu’l-Bahá dans «Le Secret de la Civilisation Divine»


Comprendre le but de la vie


Les souffrances, comme tous les autres aspects de la vie, doivent être comprises dans le contexte du «but de la vie».


Si les hommes étaient simplement des produits fortuits d'un système thermodynamique, comme beaucoup le disent aujourd'hui, il n'y aurait aucun but dans la vie. Chaque être humain individuel considérerait l'existence matérielle temporaire tel un animal conscient, essayant de se déplacer dans sa brève vie avec autant de plaisir et aussi peu de douleur et de souffrance que possible.

Par conséquent, c’est seulement en relation avec le Créateur, et le but que le Créateur a fixé pour Ses créatures, que cette existence humaine a un sens.

Bahá’u’lláh, le Messager de Dieu pour notre époque, témoigne de cette réalité :

«Sache que tous les humains ont été engendrés d'une espèce créée par Dieu, le Gardien, Celui qui subsiste par Lui-même. Pour chacun a été prescrite une mesure pré-ordonnée, telle que décrétée dans les puissantes et préservées Tablettes de Dieu. Tout ce que vous possédez potentiellement ne peut cependant être manifesté qu'en raison de votre volonté. Vos propres actes témoignent de cette vérité.»

(Extraits des écrits de Bahá’u’lláh)



Je crois donc que nous devrions puiser dans la puissance des forces spirituelles en période de difficultés, comme les Messagers de Dieu nous y invitent:


«Armé du pouvoir de Ton nom, rien ne peut jamais me blesser, et avec Ton amour dans le cœur aucune des afflictions du monde ne peut d’aucune manière m'alarmer. » Bahá’u’lláh


«Soyez forts et fermes. Soyez déterminés et résolus. Lorsqu'un arbre est solidement enraciné, il porte des fruits. Les épreuves de Dieu sont nombreuses mais si l'humain reste ferme et constant, l'épreuve elle-même est un tremplin pour le progrès de l'humanité.» 
(‘Abdu’l-Bahá, Star of the West, vol.10, no.19, p.3)


Soha Mostaghim Modir, traduction par Marc Tirandaz


Les images que je partage ici avec vous, ont quelque chose en commun. Elles sont belles, certes, mais ce n'est pas tout!


Elles sont toutes intitulées "La Beauté Brisée"


Cette réalité est évidente dans le bol Kintsugi, Il s'agit de créer quelque chose de beau à partir de quelque chose de brisé.


La légende de Kintsugi


Une légende japonaise raconte l'histoire d'un puissant guerrier shogun qui a cassé son bol de thé préféré et l'a envoyé pour le faire réparer. Lorsqu'il l'a reçu, le bol était maintenu par des agrafes métalliques disgracieuses. Bien qu'il puisse encore l'utiliser, le shogun était déçu. Espérant toujours redonner à son bol bien-aimé sa beauté d'antan, il a demandé à un artisan de trouver une solution plus élégante.

L'artisan voulait essayer une nouvelle technique, quelque chose qui ajouterait à la beauté du bol et le réparerait. Ainsi, il a réparé chaque fissure dans le bol avec une résine de laque mélangée à de l'or. Lorsque le bol de thé a été rendu au shogun, il y avait des traînées d'or qui le traversaient, racontant son histoire, et le guerrier pensa ainsi que cela ajoutait de la valeur et de la beauté. Cette méthode de réparation est devenue connue sous le nom de kintsugi.


Kintsugi, qui se traduit simplement par «menuiserie dorée», est la philosophie japonaise selon laquelle la valeur d'un objet n'est pas dans sa beauté, mais dans ses imperfections, et que ces imperfections sont quelque chose à célébrer, pas à cacher.

Si vous désirez embellir ainsi un bol cassé, mélanger du époxy avec de la poudre Mica dorée et appliquer!


Comme l'exprime si bien Ernest Hemingway :

«Le monde brise tout le monde et après, beaucoup sont forts aux endroits brisés.»

Ou comme le dit si bien Leonard Cohen : «Il y a une fissure dans tout. C'est ainsi qu’entre  la lumière.»


De la même manière, les incroyables pivoines ont besoin d'une période fraîche en hiver, pour la dormance, s'assurant que leurs bourgeons s'ouvrent pour faire pousser des tiges et des fleurs au printemps.


Je voudrais mettre cela en parallèle avec nous tous durant cette vie terrestre.


Les souffrances et les épreuves sont une partie inévitable de la vie physique et peuvent être des atouts pour la croissance spirituelle personnelle et communautaire et conduire à une existence plus heureuse.


Tout cela me rappelle les Écrits d’Abdu’l-Bahá dans les "Causeries d'Abdu'l-Bahá à Paris":


«Plus le sol est labouré, mieux croîtra la graine»


«Plus le sol est labouré, mieux croîtra la graine. La pensée et l'esprit de l'humain progressent lorsqu'ils sont éprouvés par la souffrance. Plus le sol est labouré, mieux croîtra la graine et meilleure sera la récolte. De même que le labourage ravine profondément la terre, la purifiant des mauvaises herbes et des chardons, ainsi la souffrance et les tribulations libèrent-elles l'humain des insignifiantes affaires de cette vie terrestre, jusqu'à ce qu'il arrive à un stade de complet détachement.

Son attitude en ce monde sera celle du bonheur divin. L'humain est, pour ainsi dire, immature: la chaleur du feu des souffrances le fera mûrir. Repensez aux temps passés et vous découvrirez que les plus grands humains ont souffert davantage.

Par la souffrance il atteindra un bonheur éternel que rien ne peut lui dérober. Les apôtres du Christ ont souffert: ils ont atteint le bonheur éternel. Celui qui veut atteindre le bonheur éternel doit souffrir. Celui qui a atteint le stade du sacrifice de soi possède la vraie joie. La joie temporelle s'évanouira.»


Comprendre la sagesse de la douleur


Pour moi, il ne s’agit pas d’accueillir ou de provoquer la souffrance et la douleur pour se sentir heureux, mais plutôt de comprendre la sagesse de la douleur et des souffrances, que nous traversons tous à des degrés divers dans ce monde, et le rôle qu’elles jouent dans notre croissance spirituelle.

«La souffrance, bien qu'incontournable, peut néanmoins être utilisée comme un moyen d'atteindre le bonheur.»

Shoghi Effendi dans «Lights of Guidance»


«L’échec et les épreuves, si nous les utilisons correctement, peuvent devenir le moyen de purifier notre esprit, de renforcer nos caractères et de nous permettre de nous élever à de plus hauts niveaux de service.»

Shoghi Effendi cité dans «Vivre la Vie»


«Cherchez le bonheur divin à travers les épreuves et les peines de ce monde physique, et voyez le bien-être spirituel dans les luttes de cette existence éphémère. Distillez le sucre et le miel du poison amer de la souffrance. Reconnaissez la caresse de la faveur divine dans les flèches du malheur.»

Abdu’l-Bahá, dans la  Sélection des écrits baha’is


Être au service des autres


Poursuivre le bonheur physique en tant qu'objet principal de notre vie ne peut finalement que provoquer des frustrations et des déceptions.

En recherchant plutôt le bonheur spirituel et en concentrant nos efforts sur le service aux autres et l'acquisition de qualités spirituelles, nous serons comblés d'innombrables bénédictions dans nos vies.


En outre, les souffrances nous aident à avoir plus d'empathie dans nos vies et ainsi à mieux comprendre nos semblables et à être d'un meilleur service à l’humanité.


«Et l’honneur et la distinction de l’individu consistent en ceci que lui, parmi toutes les multitudes du monde, devienne une source de bien social. Une plus grande générosité est-elle concevable que celle-ci, qu'un individu, regardant en lui-même, découvre que, par la grâce confirmante de Dieu, il est devenu la cause de la paix et du bien-être, du bonheur et des avantages pour ses semblables? Non, par le seul vrai Dieu, il n'y a pas de plus grande félicité, plus de plaisir complet.»

Abdu’l-Bahá dans «Le Secret de la Civilisation Divine»


Comprendre le but de la vie


Les souffrances, comme tous les autres aspects de la vie, doivent être comprises dans le contexte du «but de la vie».


Si les hommes étaient simplement des produits fortuits d'un système thermodynamique, comme beaucoup le disent aujourd'hui, il n'y aurait aucun but dans la vie. Chaque être humain individuel considérerait l'existence matérielle temporaire tel un animal conscient, essayant de se déplacer dans sa brève vie avec autant de plaisir et aussi peu de douleur et de souffrance que possible.

Par conséquent, c’est seulement en relation avec le Créateur, et le but que le Créateur a fixé pour Ses créatures, que cette existence humaine a un sens.

Bahá’u’lláh, le Messager de Dieu pour notre époque, témoigne de cette réalité :

«Sache que tous les humains ont été engendrés d'une espèce créée par Dieu, le Gardien, Celui qui subsiste par Lui-même. Pour chacun a été prescrite une mesure pré-ordonnée, telle que décrétée dans les puissantes et préservées Tablettes de Dieu. Tout ce que vous possédez potentiellement ne peut cependant être manifesté qu'en raison de votre volonté. Vos propres actes témoignent de cette vérité.»

(Extraits des écrits de Bahá’u’lláh)



Je crois donc que nous devrions puiser dans la puissance des forces spirituelles en période de difficultés, comme les Messagers de Dieu nous y invitent:


«Armé du pouvoir de Ton nom, rien ne peut jamais me blesser, et avec Ton amour dans le cœur aucune des afflictions du monde ne peut d’aucune manière m'alarmer. » Bahá’u’lláh


«Soyez forts et fermes. Soyez déterminés et résolus. Lorsqu'un arbre est solidement enraciné, il porte des fruits. Les épreuves de Dieu sont nombreuses mais si l'humain reste ferme et constant, l'épreuve elle-même est un tremplin pour le progrès de l'humanité.» 
(‘Abdu’l-Bahá, Star of the West, vol.10, no.19, p.3)


Soha Mostaghim Modir, traduction par Marc Tirandaz

Drop Me a Line, Let Me Know What You Think

© 2021 by Meaningful Shots. Proudly created with Wix.com