}); });
 

Comprendre la Réalité Spirituelle A Travers l'Art

Comment les Peuples Autochtones peuvent aider

Pour de nombreux Amérindiens, l'art a toujours été un moyen de connecter l'humanité au Grand Esprit, le Créateur de toutes choses. Dans la culture occidentale, l'art est souvent devenu une forme d'évasion et a largement dépassé les limites de la modération. Au cours de ma carrière, dans le domaine de la photographie de mode, j'ai dû passer beaucoup de temps à réfléchir pour trouver ma place dans cette dichotomie.

Je m'appelle Susan Jeffers. J'étais le premier enfant né en Amérique de parents immigrés, troisième enfant de famille. Alors que mon père était en admiration devant l'Amérique, passionné de découvrir ses ancêtres, ma mère était fascinée par les autochtones. Elle était amoureuse du peuple amérindien. Elle m'achetait les plus belles poupées de porcelaine amérindiennes, de jolis petits sacs à main en cuir avec des franges dessus et autres. Même certains de mes petits tchotchkes étaient des loups et des capteurs de rêves et des peintures du Far West sur des toiles de velours. J'ai grandi toujours avide d'en savoir plus sur les peuples autochtones de la Grande Amérique.

Étant d'origine russe et iranienne, je n'étais pas novice à ces insignes autochtones. Nous dansons souvent pour nous connecter au Créateur par le biais de la narration.

Les flûtes sifflantes, creuses et obsédantes de la musique des Andes, m'ont attiré vers les civilisations incas, qui m'ont ensuite ramené aux Indiens d'Amérique du Nord; les peuples aztèque, hopi et maya. Cela m'a alors conduit vers les grands plans, les Indiens Lakota. C'est là que j'ai eu l'occasion de visiter, d'apprendre et de me mêler au grand peuple et à la nation Lakota. J'ai commencé à essayer de comprendre ce que cela signifiait lorsque Baha'u'llah a décrit Dieu comme étant le créateur de l'univers. De nombreuses tribus utilisent la mode comme un moyen de se connecter à leur moi supérieur. Et donc nous voici tous ... des toiles qui deviennent des œuvres d'art rayonnantes, conçues par notre propre travail. Nous sommes des designers et des créateurs, car nous avons été conçus et créés.

En tant que Baha'i, on m'a toujours rappelé que la clé pour changer le monde était de mettre tout le monde sur la même longueur d'onde. L'unité de l'humanité est la grande mission et est sans aucun doute la clé la plus importante de la sécurité de l'humanité. Enseigner le message de Baha'u'llah, avant tout, aux Indiens d'Amérique et aux Africains, est un enseignement primordial… qui changerait le monde et rapprocherait l'humanité à la paix et de l'unité.


«Vous devez attacher beaucoup d’importance aux populations autochtones d’Amérique,... si ces Indiens sont éduqués et guidés, ils deviendront certainement à ce point enflammés qu’à leur tour, ils illumineront le monde entier.» Abdu’l-Bahá,

Il est à nouveau écrit:

« L’unification de l’humanité tout entière est le signe du stade qu’approche à présent la société humaine. L’unité de la famille, celle de la tribu, de la cité, de la nation ont été successivement tentées et pleinement établies. L’unité du monde est maintenant le but que s’efforce d’atteindre une humanité harassée. L'édification des nations a pris fin. L'anarchie inhérente à la souveraineté d'État va vers son point culminant. Un monde qui progresse vers sa maturité doit abandonner ce fétiche, il doit reconnaître l'unité et la totalité organique des relations humaines, et établir une fois pour toutes le mécanisme qui incarne le mieux ce principe fondamental de son existence.»

Shoghi Effendi


Les peuples amérindiens utilisent la visualisation, la danse, les insignes, la narration d'histoires, la poterie, tout comme une forme de prière, de supplication et d'enseignement. J'espère bien que dans les mois à venir, nous pourrons vraiment explorer ce que signifie utiliser l'ART comme une forme de connexion à notre moi supérieur. En regardant à travers l'objectif des autochtones, nous pouvons en apprendre beaucoup sur la façon dont l'art peut nous connecter à notre moi supérieur.

Traduction: Soha Mostaghim Modir