}); });
 

La Résidence Sublime


La Porte Bleue du Manoir de Bahji


Le manoir de Bahjí où Bahá'u'lláh a passé les dernières années de sa vie.


Baha'u'llah, le dernier des Messagers de Dieu, a été exilé par le Shah de Perse, vivant les dernières années de sa vie dans ce manoir. Il y a vécu en tant que prisonnier de l'empire ottoman qui est Israël aujourd'hui.


Tout au long de l'histoire, Dieu s'est révélé à l'humanité à travers une série de messagers divins, dont chacun a fondé une grande religion. Les Messagers ont inclus Abraham, Krishna, Zoroastre, Moïse, Bouddha, Jésus et Muhammad.

Le dernier de ces messagers est Baha'u'llah, qui apporte de nouveaux enseignements spirituels et sociaux pour notre ère moderne.


Il a enseigné qu'il n'y a qu'un seul Dieu, que toutes les religions du monde viennent de Dieu et que le moment est venu pour l'humanité de reconnaître son unité et de s'unir.


Pendant son séjour à Bahjí, Bahá'u'lláh a élucidé ses enseignements et envoyé des tablettes dans diverses parties du monde. Ils comprenaient des références à son enseignement social le plus essentiel - l'unité de l'humanité. Tous ses autres enseignements sociaux sont des moyens d'atteindre et de maintenir l'unité pratique de l'humanité afin que les gens puissent accomplir le but de leur création, pour faire avancer pacifiquement une civilisation en constante évolution.


Bahá'u'lláh a renouvelé les grands enseignements spirituels trouvés dans les religions antérieures, parmi lesquels le plus important est la nécessité de reconnaître le Messager de Dieu à l'époque où il apparaît et de suivre ses enseignements.


"Sois généreux dans la prospérité, et dans l'adversité ne cesse de rendre grâces. Mérite la confiance de ton voisin, et ne lui montre jamais qu'un visage amical et souriant. Sois le trésor du pauvre, admoneste le riche, réponds à la plainte du nécessiteux et garde la sainteté de tes promesses. Sois équitable en ton jugement et réservé dans tes paroles. Ne sois injuste envers personne, et montre à tous une douceur parfaite. Sois une lampe pour ceux qui marchent dans les ténèbres, une consolation pour les affligés, une mer pour ceux qui ont soif, un refuge pour ceux qui sont dans la détresse, un soutien et un défenseur des victimes de l'oppression. Que la droiture et l'intégrité marquent tous tes actes. Sois un foyer pour l'étranger, un baume pour ceux qui souffrent, une forteresse pour le fugitif, des yeux pour les aveugles, un phare pour les égarés. Sois une parure pour le visage de la vérité, une couronne sur le front de la fidélité, un pilier du temple de la rectitude, un souffle de vie pour le corps de l'humanité, un drapeau des armées de la justice, un flambeau qui brille à l'horizon de la vertu, une rosée pour le sol desséché du cœur humain, une arche sur l'océan de la connaissance, un soleil dans le ciel de la générosité, une gemme au diadème de la sagesse, une lumière qui brille au firmament de ta génération, un fruit de l'arbre d'humilité."

(Épître au fils du Loup)


C'est dans ce même manoir que l'éminent orientaliste, le professeur EG Browne de Cambridge, obtint ses quatre entretiens successifs avec Baha'u'llah, pendant les cinq jours où il fut son invité à Bahjí (15-20 avril 1890), des entretiens immortalisés par la déclaration suivante:


"ces luttes infructueuses, ces guerres ruineuses passeront et la 'plus grande paix' viendra."


Browne relate leur rencontre en ces mots : "Le visage de celui que je contemplai, je ne saurais l’oublier et pourtant je ne puis le décrire. Ses yeux perçants semblaient pénétrer jusqu’au tréfonds de l’âme ; de larges sourcils soulignaient la puissance et l’autorité […] Il eut été superflu de demander en la présence de qui je me trouvais ; je me prosternai devant celui qui fait l’objet d’une vénération et d’un amour que les rois lui envieraient et auxquels les empereurs aspireraient en vain."


"ici, j’ai passé 5 jours très mémorables durant lesquels j’ai bénéficié d’opportunités sans parallèle et inespérées d’avoir des relations avec ceux qui sont les sources de ce puissant et merveilleux esprit qui travaille avec une force invisible mais à jamais croissante pour la transformation et le réveil d’un peuple qui s’assoupit dans le sommeil comme dans la mort." - Shoghi Effendi, Dieu Passe près de Nous.


L'ordre de son emprisonnement à 'Akká n'ayant jamais été annulé, Bahá'u'lláh déclara concernant ses jours à Bahjí:

"En vérité, en vérité, la prison la plus misérable a été convertie en paradis d'Eden."


Une inscription arabe placée au-dessus de la porte par le constructeur original, Udi Khammar, en 1870 se lit comme suit: "Salutations et Paix soient sur cette Demeure! Sa beauté augmentera au cours des âges. Entre ses murs, des choses merveilleuses et étranges auront lieu; des choses que les plumes de la terre seront impuissantes à décrire". David Ruhe - Porte de l'Espoir, page 103


Cette demeure, Baha'u'llah l'a caractérisée comme "la sublime résidence", l'endroit que "Dieu désigna comme la vision la plus exaltante de l'humanité".

Le sanctuaire de Baha'u'llah, situé à Bahji près d'Acre, en Israël, est le lieu le plus saint pour les baha'is et représente le Qiblih, ou direction de la prière. Il contient les restes du corps de Baha'u'llah et se trouve près de l'endroit où il est décédé dans le manoir de Bahji.

Baha'u'llah a été exilé par le Shah de Perse, vivant les dernières années de sa vie dans ce manoir qui était sous l'empire ottoman, qui est Israël aujourd'hui.